Home arrow Ouladnagim 17-12-2017

Pages en Français
Bienvenue
Ouladnagim
Sahara Passion
Sensibilisation sanitaire
Ecole du désert
Pages in English
Welcome
Ouladnagim
Sahara Passion
Health Awareness
Desert School
Menu References
Références
Remerciements
A propos de ce site



Ouladnagim 18

Ouladnagim Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Communauté Touareg Ouladnagim

4693___7_smCampement nomade situé à 120 km au Nord de Tombouctou, sur la piste des caravanes du sel de Taoudunit (Azalahi), cette tribu Bérabish du nom d’Ouladnagim est d’origine berbère et fait partie intégrante de la communauté Touareg. Elle a comme activité principale l’élevage de chamelles, l’Asalai et le transport et le commerce de sel à dos de chameaux.

La communauté guerrière qui a été riche en chameaux et en sel se voit aujourd’hui affaiblie par la nature des années de sècheresse de 1973, 1984 et 1985, ainsi que par les conséquences de la rébellion Touareg des années 1990.

Ouladnagim, petite minorité de 1'500 personnes au sein de la communauté Touareg, vit aujourd’hui comme toujours dans son territoire autour d’un point d’eau et d’une école financée en partie par les amis personnels du chef de la tribu, Shindouk, et le Fonds 1 % du développement.

Un peu d'histoire

4689__28_smL’Islam est arrivé dans le nord de l’Afrique dans les années 670 et a ainsi touché le cœur des premiers Berbères, parmi lesquels les Bérabish, originaires des monts du sud du Maroc. Ils devinrent ainsi la main armée des Arabes qui partirent à la conquête de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie et qui furent arrêtés en 732 à Poitiers.

Aujourd’hui cette communauté, appelée couramment les Arabes ou les Juifs du Mali, est le seul peuple qui pratique encore aujourd'hui le commerce transsaharien, l'extraction, le transport et le commerce du sel. La communauté vit dans le Nord du Mali, dans la région de Tombouctou, Tagaza et Toudenit.

A l’époque de son rayonnement culturel, Tombouctou était également un grand centre de commerce qui rassemblait plusieurs ethnies : Sonrhaï, Peuls, Bambara, Soninké, Toucouleur, Touraeg, etc. Tous parlaient la langue arabe. Les professeurs de Tombouctou s’expatriaient dans le monde musulman, du Maroc à l’Arabie.

Dernière mise à jour : ( 24-01-2010 )
 
Design by www.cybervolunteers.info program of www.icvolunteers.org